LE MÉDIOPHONE DE HAUT- ITTRE APPARTIENT AU PATRIMOINE EXCEPTIONNEL DE LA COMMUNE

Depuis plus d’un siècle, l’église Saint-Laurent de Haut-Ittre abrite un harmonium, appelé médiophone, au timbre particulier et à l’acoustique généreuse.

Les harmoniums ont été utilisés au XXe siècle dans les églises, mais leur répertoire est en réalité plus ancien et très riche d’œuvres pour des concerts.

Aujourd’hui, l’harmonium refait son entrée dans les orchestres et pour accompagner des solistes, des chœurs, il est à nouveau enseigné.

L’harmonium (ou orgue médiophone) Dumont & Lelièvre de Haut-Ittre a été construit aux alentours de 1900 dans la manufacture des Andelys (Eure) et a été installé dans l’église en 1903.

Contrairement aux apparences, la partie supérieure avec les tuyaux est uniquement un décor d’orgue. Il s’agit bien d’un harmonium dont les sons sont produits par des « anches libres ». Les tuyaux sont factices, on les appelle d’ailleurs des « chanoines », car ils ne « parlent » pas !

19 REGISTRES

« Le médiophone de Haut-Ittre est probablement unique », dit Joris Verdin, un organiste et claviériste spécialiste des harmoniums, « Déjà à l’époque de son acquisition, il était d’une rareté exceptionnelle par le nombre des registres, la présence de deux claviers plus un clavier de pédales.

Sauf erreur de ma part, un instrument d’une telle envergure n’est pas répertorié dans la documentation actuelle. » Les 19 registres ou « jeux » du médiophone de Haut-Ittre offrent une grande variété de sonorités.

Il était équipé aussi d’un registre supplémentaire appelé « expression » qui influençait tout le système de production du son et permettait un large éventail de nuances. Ce registre « expression » était en vogue au XIXe siècle, quand les harmoniums étaient utilisés pour des concerts, mais pour les instruments installés dans des églises, dit Joris Verdin, « le système d’expression, était bloqué à l’intérieur. On était donc obligé de jouer “sans expression”, c’est-à-dire de jouer avec un vent stable sans nuances. Ceci correspondait aux directives de l’église catholique au début du XXème siècle. Mais sans doute, ceci n’est qu’un hasard de l’histoire et [lors d’une restauration] on pourra facilement remettre le système en fonctionnement. »

UN PROJET DE RESTAURATION

Un projet de restauration pour l’état de l’instrument de Haut-Ittre, même si certains ivoires des claviers et certains tirants de registres manquent, les touches, la mécanique et le sommier, sont en bon état. De plus, dit Joris Verdin, « L’ensemble des anches est propre, aucune anche ne manque, il n’y a pas d’oxydation. Les traces d’accord semblent être correctes, peut-être même d’origine. » Comme le médiophone est très bien préservé à l’intérieur, une restauration et un nettoyage permettraient de jouer de cet instrument dans le répertoire d’église et aussi de concerts. Ce répertoire très riche et varié, nous dit Joris Verdin, permet au médiophone d’accompagner avec bonheur des solistes, un chœur, un ensemble d’instruments à cordes… «

THE SOUND OF THE NINETEENTH CENTURY » : UN CONCERT POUR LANCER LA RÉCOLTE DE FONDS

La tournée du concert « The sound of the nineteenth century » de Marie-Noëlle Bette au piano et Joris Verdin à l’harmonium, passe, le 4 octobre prochain, par l’église de Haut-Ittre.

Il constituera l’occasion de redécouvrir la sonorité authentique, joyeuse, vibrante de l’harmonium mais aussi de lancer la récolte de fonds, organisée avec le précieux soutien de Benoit Douchy, Benoit Mercier, Bernard Foccroulle et Guy Van Waas, qui permettra la restauration du médiophone de Haut-Ittre.

Lors du concert, la pianiste Marie-Noëlle Bette et Joris Verdin à l’harmonium proposeront de partager leur passion pour leurs instruments anciens et nous inviteront à un inoubliable voyage sonore. Ils joueront un répertoire joyeux et accessible de Rossini, Bizet, Guilmant, Chopin…, qui n’aura d’autre message que celui du plaisir de se retrouver et vivre ensemble un moment musical hors du temps. Dans les concerts avec des instruments anciens ou historiques, dit Marie Noëlle Bette, ce n’est pas tellement le musicien qui domine l’instrument mais plutôt l’instrument qui guide le musicien, et qui semble lui dire « fais-moi sonner le mieux possible, avec mes grandes qualités, et mes quelques faiblesses ! ».

Nous espérons vivement que ce concert, avec deux musiciens passionnés Joris Verdin et Marie-Noëlle Bette, sera l’occasion de retrouver le plaisir et la sonorité de l’harmonium, et suscitera votre envie de participer à la restauration de l’exceptionnel médiophone de Haut - Ittre.

Avec le très précieux soutien de :

Bernard Foccroulle : Organiste, claveciniste, compositeur et enseignant. Il fut directeur du Théâtre de la monnaie (1992-2007), directeur du festival d’Aix en Provence (2007-2018), professeur au conservatoire au conservatoire de Liège (1976-1990) et de Bruxelles (2010-2019).

Guy Van Waas : Organiste, claveciniste, clarinettiste, chef d’orchestre et enseignant. Musicien belge incontournable, il fut professeur de musique de chambre aux conservatoires de Bruxelles et de Mons et, est titulaire des orgues de l’église des Carmes à Bruxelles.

Benoit Mernier : Organiste et compositeur et enseignant. Il fut professeur à l’IMEP et succède en 2019 à Bernard Foccroulle au conservatoire royal de Bruxelles comme professeur d’orgue. Ses oeuvres et enregistrements ont reçu de nombreux prix, il est certainement l’un de nos compositeurs parmi les plus appréciés du public.

Benoit Douchy : Violoniste et altiste. Habitant Haut-Ittre depuis près de trente ans, il est le Président du département de musique ancienne du Conservatoire royal de Bruxelles où il enseigne le violon baroque. Il enseigne également la musique de chambre au conservatoire de Mons.

INFORMATIONS PRATIQUES

Qui ? Un concert organisé par les Amis du Médiophone de Haut-Ittre avec la collaboration de Musique class’Ittre

Quand ? Le dimanche 4 octobre à 15h30 puis à 18 h

Où ? En l’église Saint- Laurent de Haut-Ittre Parking conseillé : salle communale- rue les Hauts du Ry Ternel 13

Réservation indispensable pour le respect des mesures de distanciation sociale, confirmée par le versement de 15 euros/personne sur le cpte Musique class’Ittre BE10 0017 4032 5904.

Renseignements sur le projet de restauration et la participation à la récolte de fonds: info@mediophone.org Adresse du site web : www.mediophone.org Haut-

Ittrois, Ittrois, Virginalois, ce médiophone appartient à notre patrimoine, mobilisons-nous pour sa restauration !!! 

SHAKESPEARE IN SONGS PAR L’ENSEMBLE LA LETTERA AMOROSA LE DIMANCHE 18 OCTOBRE 2020 A 17H EN L’ÉGLISE SAINT PIERRE (VIRGINAL)

 

Introduction au concert

Si « la langue de Shakespeare » est devenu un lieu commun pour désigner la langue anglaise, symbolisant l'immense apport de l'auteur à la culture anglaise, sa contribution est loin d'être négligeable en ce qui concerne le domaine musical.

Une multitude d’œuvres musicales, de son époque jusqu'à la nôtre (Verdi, Mendelssohn, Gounod, Beethoven ou encore Chostakovitch), sont basées sur ses créations. Le dramaturge a travaillé avec de nombreux compositeurs aussi divers que William Byrd, Thomas Weelkes, Robert Johnson ou Thomas Morley et ses pièces faisaient la part belle à la musique, qui était partie intégrante de la représentation. Ces compositeurs forment avec John Dowland la quintessence de la musique élisabéthaine.

Presque un siècle plus tard, Henry Purcell nous livre lui aussi quelques chefs-d’œuvre, inspirés par les œuvres du grand dramaturge.

La Lettera amorosa La Lettera amorosa est un ensemble à géométrie variable qui se spécialise dans les musiques des 17ème et 18ème siècles. Le nom de l'ensemble a été inspiré par une pièce extraite du septième livre de madrigaux de Claudio Monteverdi intitulée La Lettera amorosa (la lettre amoureuse), que l'ensemble affectionne particulièrement.

Les programmes de la Lettera amorosa sont consacrés à la musique anglaise (Upon a summer's day, ballades, tunes& airs du 17ème à Londres et If music be the food of love, une soirée en compagnie d'Henry Purcell), la musique italienne (La musique au temps de Caravaggio), Haendel et Steffani (Duetti da camera) et la musique française (Ombre de mon amant, musique vocale et instrumentale au 17ème siècle à Paris).

L'ensemble a donné de nombreux concerts dans les festivals belges (Midis-Minimes, l'Automne musical de Spa, Rencontres Musicales de Fernelmont, Concerts du dimanche matin de Verviers, Bozar, festival de Florenville-Chiny, Villersoises, festival de Roisin, à Flagey, Festival van Vlaanderen...)

Céline Vieslet

Céline Vieslet, née en 1981, commence l'étude du chant à 14 ans avec Annie Frantz au conservatoire de Verviers. En 1996, elle entre au Conservatoire Royal de Liège et obtient le premier prix puis le diplôme supérieur de solfège avec grande distinction et le diplôme de méthodologie dans cette discipline. Elle intègre ensuite la classe de chant de Marcel Vanaud au Conservatoire Royal de Bruxelles et y obtient le premier prix de chant concert ainsi que le diplôme de méthodologie. Parallèlement, elle s'est perfectionnée pendant quatre ans auprès de Monique Zanetti dans la classe de chant baroque du Conservatoire de Metz. Elle a suivi également plusieurs masterclasses et leçons d’interprétation du répertoire baroque avec Jill Feldman, Yva Barthélémy, Isabelle Desrochers, Barthold Kuijken, Rossana Bertini, Stephan Van Dyck et Jean Tubéry. Céline a été membre du Chœur Mondial des Jeunes et du chœur de chambre de Namur. Elle s'est produite en soliste et a participé à plusieurs enregistrements avec des ensembles tels que l’Arpeggiata, Alba novella, le Concert Lorrain, Les Muffatti, Akadêmia, Scherzi musicali et Dal Canzoniere. Elle est membre fondateur de l'ensemble La Lettera amorosa. Elle enseigne le chant au Conservatoire de Verviers ainsi qu'au Conservatoire Royal de Bruxelles.

Laura Pok

Laura Pok est née en 1976. En 1994, elle entre au Conservatoire Royal de Bruxelles où elle obtient les premiers prix d’harmonie, de contrepoint et d'histoire de la musique avec distinction, ainsi que les diplômes supérieurs de flûte à bec (classe de Frédéric de Roos), de solfège et de musique de chambre (classe de Guy Van Waas, Conservatoire Royal de Mons), tous trois avec grande distinction. Laura Pok se produit et enregistre avec de nombreux ensembles (les Muffatti, la Cetra d’Orfeo, la Chapelle des Minimes, La Lettera amorosa, les Agrémens, Scherzi Musicali, Alba Novella, Brussels Consort, l'Ensemble 21...). Elle a également joué en soliste avec l'Orchestre de chambre de Wallonie, la Pastorella, la Chapelle de Tournai, l'Ensemble Orchestral de Bruxelles Il Gardellino, Desafinado ... Elle a donné de nombreux concerts en Europe, en Amérique et en Asie, ainsi que des masterclasses. Sa discographie comporte notamment Incipit, enregistré en duo avec l’organiste Cindy Castillo à l’orgue de Maredsous et Exercitium, transcriptions of Bach work avec l'ensemble Laterna Magica. Laura Pok enseigne la flûte à bec aux académies de Nivelles, Forest et Ixelles et au Conservatoire Royal de Bruxelles comme assistante de Frédéric de Roos. Elle consacre ses loisirs à la viole de gambe et à la cuisine et est également licenciée en droit. Elle a obtenu un premier prix au concours Axion Classics.

Bernard zonderman

Bernard Zonderman est Lauréat en guitare et pédagogie musicale à l'IMEP, dans la classe de Marie Mohino (premiers prix de solfège, histoire, musique de chambre et guitare). Il a poursuivi sa formation au Conservatoire Royal de Bruxelles (méthodologie) puis dans celui de Liège où il s'est perfectionné dans les écritures musicales. Passionné par la musique ancienne, il a eu la chance de rencontrer à deux reprises Robert Spencer qui l'a initié au luth, puis de travailler sous les conseils de Yasunori Imamura et Konrad Junghänel. Il poursuit alors un second cycle d'études pour le luth, le théorbe et la guitare baroque au Lemmens Instituut à Leuven dans la classe de Philippe Malfeyt. Tout en se produisant avec diverses formations spécialisées dans la musique ancienne, Les Muffatti, La Lettera Amorosa, Fondamento, les Agrémens, Mare Nostrum, etc., il participe aussi à plusieurs projets de musique du monde, en se produisant avec Luc Pilartz, Kieran Fahy, Maarten Decombel ou Didier Laloy. Enfin, il enseigne la guitare, le luth et la musique de chambre au conservatoire de Verviers ainsi qu’à l'académie de Spa.

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu : Eglise Saint Pierre de Virginal

Réservation indispensable: 12 euros - 8 euros (étudiants & seniors) A payer sur le compte de Musique class’Ittre : BE10 0017 4032 5904

Info: 0475 448190 - carinedelichtervelde@gmail.com